Glop Blog

Glop Blog

Venus, vincus, Brennus

 

10408648_773039302740958_7260205249283106369_n.jpg

 

 

Venus, Vincus, Brennus,

 

Samedi se jouera la finale du championnat 2014 , la 3 eme de suite pour Toulon.

Les Toulonnais défaits l'année dernière pas ces même Castrais, tenterons de faire mentir l'adage

«  Jamais deux sans trois.. »

A cette occasion le vainqueur se verra remettre le fameux bouclier de Brennus !

 

Ce trophée fut créé en 1892 afin de récompenser le futur vainqueur de la première finale du championnat de France de rugby.

Il fut dessiné par le baron Pierre de Coubertin, président de l’Union des sociétés françaises de sports athlétiques et gravé par Charles Brennus, président du club de rugby parisien le SCUF graveur de son état.

Ce trophée est particulier, car l'équipe gagnante repart avec pour un an.

Ce trophée n'est pas destiné à rester dans la vitrine du club gardé par deux cerbères charpentés comme Cudmore ou Haynes.

Non, le bout de bois chèrement gagné, passe de main en main, de clubs en clubs, de boutique en entreprise. Tout le département et la région de la ville gagnante pourra approcher et toucher le précieux plateau.

Seulement , cette joyeuse singularité, à un revers.

Lou planchot comme disent les Catalans, en voit de toutes les couleurs...arrosé, cassé, servant de surf, de table de salon ou de planche à roulette selon les coutumes..

Il a du être rénové dans les années 1990 à la suite de célébrations d’après-match agitées.

Depuis, l'original reste à la FFR.

28 clubs ont eu l'occasion de le rapporter à la maison, son succès ne diminue pas , bien au contraire.

 

Des joueurs ayant disputés une finale avouèrent qu'il y a une part d’égoïsme à jouer pour son pays, alors que jouer pour le Brennus est une démarche complètement altruiste.

Ils sont près à se transcender pour rapporter la planche dorée sans leur ville.

 

On comprend la pression qui pèse ce jour sur les épaules des Toulonnais.

Les vieux sur la rade veulent le Brennus. Point Barre !

 

C'est ça l'esprit rugby, la bêtise des querelles de clocher, être prêt à mourir pour un bout de bois sans jamais se prendre au sérieux, être prêt à tout donner avec se je ne sais quoi d’auto-dérision.

 

Jules César avait trouvé une formule pour résumer cet état d'esprit :

 

Venus, Vincus, Brennus, qui signifie à peut près :

 

On vient , on gagne et on s'en va !

 

Glop

Crédit Photo: Stéphanie Madaule

 

 



30/05/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres